Comment le Moyen-Orient se profile-t-il comme une source de financement pour les start-ups africaines ?

Publié le 28/10/2023
Articlophile .org

Les start-ups africaines se dirigent vers le Moyen-Orient alors que le financement diminue de 50 %

  • Le financement des start-ups africaines a diminué de plus de 50 % au cours des trois derniers trimestres, atteignant 2,5 à 3 milliards de dollars jusqu'à présent

  • La plupart des investisseurs en capital-risque qui ont financé des startups africaines l'année dernière venaient de l'extérieur du continent, principalement des États-Unis, du Royaume-Uni et des Émirats arabes unis.

  • Les fondateurs africains se tournent vers le Moyen-Orient, en particulier les pays des Émirats arabes unis et du CCG, comme leur prochaine source de capital

  • Bien que les investisseurs du Moyen-Orient montrent de l'intérêt pour l'Afrique, il n'est pas certain que ces discussions se traduiront par des investissements.

  • Dubaï se positionne comme un centre de démarrage, visant à produire 40 licornes d'ici 2030, mais il y a un décalage entre le financement disponible et la capacité de produire des fondateurs prospères.

  • L'incorporation efficace des startups de Dubaï, le système fiscal et la facilitation des permis et des visas attirent les startups africaines

  • Les startups égyptiennes ont été les principaux bénéficiaires du capital-risque des investisseurs basés au CCG, certains déplaçant leur siège social du Caire à Dubaï.



Le financement des start-up africaines a diminué de plus de 50 % au cours des trois derniers trimestres par rapport à l'année précédente, atteignant 2,5 à 3 milliards de dollars jusqu'à présent.

Cela est inquiétant compte tenu de la dépendance de l'Afrique à l'égard du financement externe. La majorité des investisseurs en capital-risque qui ont financé des start-ups africaines l'année dernière provenaient de l'extérieur du continent, et ce pourcentage pourrait changer considérablement cette année à mesure que les investisseurs mondiaux retirent leurs engagements.

Les États-Unis et le Royaume-Uni représentaient 50 % des investisseurs en capital-risque étrangers investissant en Afrique, les Émirats arabes unis étant la troisième source de capitaux étrangers. Les fondateurs africains se tournent maintenant vers le Moyen-Orient pour trouver leur prochaine source de capital, forgeant des relations avec les investisseurs des Émirats arabes unis et des pays voisins du CCG.

Cependant, il reste incertain si ces conversations mèneront à des investissements. Les investisseurs du Moyen-Orient s'intéressent de plus en plus à l'Afrique, cherchant à établir des relations avec les fonds souverains. Le Moyen-Orient et le CCG ont été considérés comme des sources de financement facilement disponibles, mais le paysage est devenu plus sophistiqué, impliquant une diligence raisonnable et une sélectivité complètes.

Dubaï se positionne comme une plaque tournante pour produire 40 licornes d'ici 2030, mais il y a un décalage entre les fonds disponibles et la capacité de l'écosystème à produire des fondateurs stellaires. Les startups africaines sont également attirées par Dubaï pour son incorporation efficace des startups, son système fiscal et la facilitation des permis de séjour et des visas pour les entrepreneurs. Les startups égyptiennes ont été les principaux bénéficiaires du capital-risque des investisseurs basés au CCG, certaines entreprises bien financées délocalisant leur siège social du Caire à Dubaï.