Le changement climatique augmente l’intensité des vagues océaniques

Publié le 08/11/2023
Phys.org | Articlophile

La hausse des températures mondiales intensifie les vagues océaniques et constitue une menace pour les communautés côtières : étude

  • Une nouvelle étude publiée dans Nature Communications rapporte que les vagues océaniques s'intensifient en raison de la hausse des températures mondiales.

  • Les données sismiques du monde entier indiquent que 79 % des stations ont constaté une augmentation significative de l’énergie des vagues depuis la fin du 20e siècle.

  • Cette augmentation est attribuée à une mer plus agitée et à une houle océanique plus élevée.

  • L’océan Austral, près de l’Antarctique, possède l’énergie des vagues la plus élevée, mais l’Atlantique Nord a connu l’intensification la plus rapide.

  • L’intensification des vagues océaniques constitue une menace pour les communautés côtières, endommageant potentiellement les infrastructures et provoquant l’érosion des terres.

  • L’étude souligne la nécessité d’atténuer le changement climatique et de renforcer la résilience des zones côtières à mesure que ces effets s’aggravent.



Les données sismiques montrent que les vagues océaniques deviennent de plus en plus fortes à mesure que la planète se réchauffe en raison du réchauffement climatique. La montée et la descente des vagues océaniques génèrent de puissantes ondes sismiques qui peuvent être détectées par les sismographes.

Ces vagues, connues sous le nom de microséismes, ont augmenté en intensité au cours des quatre dernières décennies, reflétant des mers plus agitées et une houle océanique plus importante. L’augmentation de l’énergie des vagues coïncide avec la hausse des températures mondiales. Les réseaux sismiques, généralement utilisés pour surveiller les tremblements de terre, capturent également ces signaux de vagues océaniques. Il existe deux types de signaux microsismiques : le microséisme secondaire, créé par les ondes interférentes, et le microséisme primaire, provoqué par la pression directe des vagues océaniques sur le fond marin.

L’étude a analysé les données historiques de 52 sites de sismographes à travers le monde et a révélé que 79 % d’entre eux présentaient une augmentation significative et progressive de leur énergie au fil des décennies. La plus grande énergie de microséisme a été trouvée dans l’océan Austral, près de l’Antarctique, mais l’augmentation la plus rapide au cours des dernières décennies a été observée dans l’Atlantique Nord.

Ces résultats concordent avec les recherches suggérant une augmentation de l’intensité des tempêtes et des risques côtiers dans l’Atlantique Nord. L’étude met en évidence les effets croissants du changement climatique sur les tempêtes et les vagues et sert d’avertissement aux communauté côtières exposées au risque de dommages dus à la hauteur des vagues et à l’élévation du niveau de la mer. Il souligne la nécessité d’atténuer le changement climatique et de renforcer la résilience des infrastructures côtières.