L'OMS confirme la transmission sexuelle de la variole du singe au Congo

Rédigé le 27/11/2023
avec The independent


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé pour la première fois la transmission sexuelle de la variole du singe au Congo, ce qui soulève des inquiétudes quant à la difficulté d'arrêter la maladie. Un résident de Belgique qui s'est rendu au Congo a été testé positif à la variole du singe après s'être identifié comme un homme ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Cinq de ses contacts sexuels ont également été testés positifs pour la maladie. La variole du singe est endémique dans certaines parties de l'Afrique centrale et occidentale depuis des décennies, mais l'année dernière, les épidémies causées par la transmission sexuelle chez les hommes gais et bisexuels en Europe ont touché plus de 100 pays. La récente épidémie au Congo, qui a infecté plus de 12 500 personnes et tué environ 580, est la plus grande épidémie jamais enregistrée dans le pays et marque la première identification de la maladie à Kinshasa et dans la province du Sud-Kivu, en proie à la guerre. L'OMS prévient que la maladie pourrait se propager largement parmi les réseaux sexuels, en particulier dans les pays ayant des lois anti-LGBTQ+.

Le virologue Oyewale Tomori souligne la nécessité de campagnes de vaccination de masse en Afrique, car aucun vaccin n'a été mis à disposition malgré les milliers de cas au Congo. L'OMS déclare que le risque de propagation de la variole du singe dans d'autres pays d'Afrique et dans le monde est important, avec des conséquences potentiellement plus graves que l'épidémie mondiale de l'année dernière.