Inadéquation militaire aux conflits modernes: la vision du sénateur Tom Cotton

Rédigé le 01/12/2023
via The Wall Street Journal


Les États-Unis sont-ils prêts pour la guerre ? Le sénateur Tom Cotton, membre du Comité des services armés et ancien commandant de section, a exprimé ses inquiétudes quant à la capacité du Pentagone à s'adapter à la guerre moderne, citant des exemples de conflits en Ukraine, dans la bande de Gaza et d'un conflit potentiel à Taiwan.

L’utilisation d’équipements mécanisés lourds en Ukraine contraste avec les intenses combats urbains à Gaza impliquant le Hamas. La nature différente de ces conflits nécessite le recours à des technologies et approches militaires différentes.

Par exemple, en Ukraine, les troupes utilisent une combinaison d’artillerie traditionnelle et de technologies innovantes telles que des drones contrôlés via Internet par satellite, tandis que le Hamas utilise des motos et des parapentes, et qu’Israël utilise le système de défense antimissile Iron Dome et des bombes éponge pour détruire les tunnels.

Cotton reproche au ministère de la Défense de ne pas s'adapter assez rapidement à ces divers styles de guerre, soulignant sa dépendance à l'égard de stratégies et de technologies dépassées. Il estime que le besoin d'innovation est démontré par l'ingéniosité de l'Ukraine dans l'utilisation de produits commerciaux à des fins militaires.

Cotton souligne également l'importance des technologies traditionnelles telles que les chars, les véhicules blindés de transport de troupes et les munitions, soulignant qu'en fin de compte, le succès de la guerre dépend de l'efficacité des soldats sur le terrain.

"Il en arrive toujours au point où des gens, des armes à la main, se roulent dans la terre et tuent leurs ennemis jusqu'à ce que ceux-ci se soumettent à leur volonté."

Il critique la résistance de l'industrie de la défense aux solutions commerciales prêtes à l'emploi et les problèmes culturels des entreprises technologiques comme Google, où les ingénieurs sont réticents à travailler sur des projets militaires tels que l'intelligence artificielle qui aidera les drones à identifier des cibles.

“ Malheureusement, la pourriture que vous voyez, qui a infesté les campus au cours du mois dernier avec des rassemblements pro-Hamas, s’étend dans certains cas à leurs départements d’ingénierie et d’informatique. Il n'y aucun doute à propos de ça."