​​Initiatives de Macron : Hamas en Algérie, prisonniers libérés

Rédigé le 07/12/2023
Articlophile NL


"L'un des journaux libanais, Al-Akhbar, a rapporté récemment que le président français Emmanuel Macron ne recule pas face aux réactions négatives suscitées par sa proposition de constituer une coalition internationale contre le Hamas. Il continue de déployer des efforts pour présenter une nouvelle initiative. Dans cette optique, il aurait chargé le ministère français des Affaires étrangères d'établir une « liste noire » des dirigeants des organisations terroristes palestiniennes, selon des sources bien informées citées par le journal.

L'article mentionne également une collaboration entre la France et l'Arabie saoudite pour élaborer une initiative de cessez-le-feu dans la bande de Gaza, qui prendrait en compte les exigences de toutes les parties concernées. Ce plan inclurait l'expulsion des terroristes présents à Gaza, envisageant l'Algérie comme destination possible, en raison de son soutien envers la cause palestinienne. De plus, il est prévu la libération des otages israéliens et des prisonniers palestiniens. Une administration locale serait mise en place à Gaza, accompagnée éventuellement de l'envoi d'un contingent arabe de maintien de la paix. Il est également proposé la création d'un gouvernement intérimaire avec la participation des différentes factions politiques, y compris le Hamas, le Jihad islamique, et les Fronts de libération de la Palestine, pour une durée de quatre ans. Enfin, l'objectif ultime serait de parvenir à un règlement du conflit israélo-palestinien tout en normalisant les relations entre Israël et l'Arabie saoudite.

Ce plan de paix, s'il se révèle authentique et non issu de la spéculation d'un média libanais, présente des propositions rationnelles méritant d'être prises en considération, mais aussi des idées absurdes qui ne semblent pas viables. Parmi ces dernières, on peut citer la libération de tous les terroristes emprisonnés et la création d'un gouvernement intérimaire composé de groupes tels que le Hamas, les jihadistes et autres factions politiques palesitinennes considérées comme controversées. De plus, l'idée d'envoyer un contingent de maintien de la paix à Gaza semble manquer de sens, car il se retrouverait instantanément confronté à un dilemme entre soutenir les terroristes ou soutenir Israël, laissant peu de place à une résolution pacifique.

La proposition de démilitarisation de Gaza et d'expulsion des terroristes vers l'Algérie pourrait potentiellement répondre aux attentes d'Israël, sous certaines conditions. Cependant, pour l'instant, cette initiative semble être une tentative désespérée de la part de la France de devenir un acteur majeur dans la résolution des problèmes au Moyen-Orient, en adhérant au principe simpliste du "tout ce qui est bon contre tout ce qui est mauvais".

Il est essentiel d'approcher cette initiative avec prudence et d'examiner attentivement les propositions rationnelles qui pourraient contribuer à une solution durable et équilibrée, tout en évitant de cautionner des mesures impraticables ou contre-productives. La recherche d'une paix véritable et d'une stabilité dans la région exige une approche réfléchie et une concertation avec toutes les parties concernées, afin de parvenir à un accord équitable et durable.