Éclat grec à l'international : Yorgos Lanthimos, prophète dans son pays avec 'Pauvres créatures'?

Rédigé le 23/01/2024
Articlophile NL


Récompensé à Cannes, Venise, aux Golden Globes et aux Oscars, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos, 50 ans, est une figure reconnue du cinéma mondial. Son œuvre récente, 'Pauvres Créatures', avec la star Emma Stone, a brillé à Venise, remportant le Lion d'or et la coupe Volpi pour la meilleure actrice, ainsi que deux Golden Globes, pour la meilleure comédie et meilleure actrice en janvier. Ce film est un favori pour les Oscars du 10 mars. Néanmoins, Lanthimos suscite des controverses en Grèce, son pays d'origine.

Lanthimos, connu pour 'The Lobster' (2015) et 'La Favorite' (2018), confie à Naftemporiki : "Quitter la Grèce a été crucial pour ma carrière." Résidant entre Londres et Athènes, il continue de marquer le cinéma international.

'Pauvres Créatures', adapté du roman éponyme d'Alasdair Gray, est une fable féministe narrée par Bella Baxter (Emma Stone), une femme sauvée de la noyade et transformée par un chirurgien, Godwin Baxter (Willem Dafoe), via une transplantation cérébrale. Ce récit aborde la liberté, critique le patriarcat, et explore l'insouciance.

Sorti en France le 17 janvier et en Grèce début du mois, le film excelle au box-office grec avec plus de 200 000 spectateurs. Toutefois, il fait face à des critiques, certains grecs conservateurs remettant en question le style et la trajectoire de Lanthimos. Des débats sur les réseaux sociaux questionnent l'originalité de ses œuvres, son identité grecque et l'adaptation fidèle du roman.

Le quotidien Efsyn exprime son exaspération face à ces scepticismes, soulignant l'indifférence de la société grecque malgré la renommée internationale de Lanthimos. La presse locale, telle que Lifo, loue son audace et son style unique, qualifiant 'Pauvres Créatures' d'expressionnisme hallucinatoire. Proto Thema évoque la collaboration fructueuse de Lanthimos avec Emma Stone.

I Avgi fait écho, décrivant le film comme un "diamant cinématographique", et note une ambivalence dans la fierté nationale pour les succès de Lanthimos. "C'est la célébration d'un Grec qui a réussi malgré sa nationalité", conclut I Kathimerini, saluant l'indépendance et le rêve réalisé de Lanthimos.