Point de vue depuis le Royaume-Uni : Les français ne sont pas si désagréables, ils sont simplement français

Rédigé le 24/01/2024
via Courrier International

Dans une récente vidéo virale, une jeune Américaine à Lyon a captivé l'attention des chômeurs, des influenceuses aux cils batifolants et des accros des médias sociaux. Apparemment, elle est devenue une sensation du jour au lendemain. Elle a même fait la une des journaux télévisés français, s'assurant que tout le monde la voie. Je dois avouer que je peine à comprendre pourquoi elle a suscité autant d'attention. La banalité de cette vidéo est presque à pleurer. Mais peut-être que c'est là le secret de la réussite sur TikTok ? Néanmoins, la vidéo soulève une question perpétuelle : les Français sont-ils vraiment odieux et inhospitaliers ?



La jeune femme, d'environ 27 ans, voyage seule, affichant une expression morose, et se filme en train de se promener le long de la Saône. Elle est à Lyon depuis "cinq ou six jours" (une précision étonnamment vague). Et elle n'est pas contente. La France ne répond pas à ses attentes. La France l'ignore. Personne ne lui parle. Même si la jeune femme ne donne pas d'exemples spécifiques de l'indifférence des Lyonnais, on ne peut s'empêcher de ressentir un brin de sympathie pour elle. Elle semble vraiment découragée. Ça a dû être un coup dur pour elle de découvrir qu'un béret rose ne fait pas des miracles à chaque fois. Pourtant, elle n'est à Lyon que depuis à peine une semaine, une ville qui accueille les étrangers depuis deux mille ans. Donc, s'attendre à ce que les Français l'accueillent à bras ouverts en si peu de temps était, à mon avis, un tantinet irréaliste.


@realphdfoodie Solo traveling in France is such an isolating experience. Do not recommend for solo travelers and people who do not speak French. #france #lyon #lyonfrance🇫🇷 #lyonfrance #solotraveler #solofemaletraveler #solotravelwoman #frenchculture #frenchcultureshock #fyp #fypシ ♬ original sound - RealPhDFoodie

Mettez-vous à sa place à Milwaukee. Nous sommes ravis d'apprendre qu'elle a vécu de belles expériences en Italie et "même" en Allemagne, bien que nous apprécierions plus de détails. À mon avis, les Allemands sont tellement surpris de voir des touristes visiter leur pays qu'ils sont inévitablement attentionnés. De plus, les Allemands entament une conversation avec le premier réverbère qu'ils croisent. Et en ce qui concerne l'Italie, il est évident qu'elle n'a pas poussé jusqu'à Naples...

En ce qui concerne la France, cette jeune femme ne parle pas français, ce qui apparemment pose problème. Mais essayez d'engager une conversation avec les habitants de Milwaukee (ou d'un coin reculé d'Écosse ou d'Angleterre) sans parler anglais ; ce ne serait pas facile non plus. Les barrières linguistiques ne sont pas toujours insurmontables, cependant. Par pur hasard, j'étais moi-même à Lyon, en solo, avant Noël, et je m'y suis bien amusé. Lyon n'est pas une "ville accueillante" car ce n'est pas la caractéristique principale des grandes villes. Mais c'est un endroit où l'on peut rencontrer de nombreuses personnes et avoir des conversations en anglais si nécessaire. J'ai parlé anglais avec des Irlandais, des Italiens (de Turin, pas de Naples), et même avec des Français. Une question qui remonte à la guerre de Cent Ans.

Partout où je suis allé, que ce soit dans les bars, les musées, les marchés, les restaurants chics, mon hôtel, les magasins ou les bouchons du quartier, non seulement les gens parlaient anglais, mais ils étaient désireux de le faire. Et je ne suis pas une icône de beauté ; je suis plutôt un vieux schnock. Alors imaginez à quel point ils auraient été ravis de discuter avec une jeune Américaine. Son histoire ne tient pas vraiment debout. Peut-être que si elle avait posé son téléphone un moment et avait fait des efforts dans le monde réel, ses résultats auraient été différents.

Bien sûr, cette jeune femme n'est pas la première à se plaindre de l'indifférence des Français. Les étrangers trouvent les Français difficiles bien avant la guerre de Cent Ans. Je peux comprendre pourquoi. Les Français ne suivent pas les mêmes normes sociales que les Américains et les Britanniques. Ils ne comprennent pas tout à fait pourquoi un Britannique, un Américain ou surtout un Canadien ne ferait pas tout un scandale si quelqu'un le bousculait sur le trottoir. C'est vrai que nous évitons de faire des scènes. Les Français, en revanche, en raffolent. Prenez la Révolution française, par exemple : des hordes de Français indignés prennent d'assaut la Bastille. De même, les célèbres règles d'étiquette françaises, le "vous", les poignées de main, les bisous sur les joues et les "bonjour messieurs dames" peuvent sembler déconcertants pour les Anglo-Saxons, qui ne se préoccupent pas de telles formalités.

La première fois que vous rencontrez un Américain, il n'est pas improbable qu'il vous dise : "Salut, moi c'est Billy. J'adore ta veste. Combien tu l'as payée ?" Alors qu'il faut au moins vingt ans aux Français pour atteindre ce niveau d'intimité. Ce n'est pas une question de froideur ; c'est simplement une approche différente des relations sociales, avec un certain recul incompréhensible pour les anglophones. Mais rassurez-vous, si vous trouvez les Français arrogants, ils pensent la même chose de nous. Comme on me l'a dit mille fois - et je vais faire court : "Ils viennent ici, ne parlent pas français, pensent qu'avec 'bonjour' et 'merci', ils sont presque bilingues, achètent des villages entiers, causent des dégâts lors des matchs de football (les Britanniques), et veulent qu'on leur serve le dîner à 18 heures (les Américains)."

Sans parler de l'incident du lait d'avoine. Souvenez-vous de l'indignation suscitée il y a quelques années quand un touriste américain à Paris prétendait avoir commandé un latte au lait d'avoine, et que le serveur avait eu l'audace de lui dire non ? C'était logique pour

tant. Si le café n'avait pas de lait d'avoine, je ne vois pas comment il aurait pu en produire par magie. Mais Twitter, qui s'appelait encore ainsi à l'époque, est devenu fou, et des hordes d'internautes ont commencé à partager leurs terribles expériences avec les serveurs français. Ici, l'arrogance était à son comble. D'un côté, vous aviez un Américain tellement choqué par l'absence de lait d'avoine qu'il a jugé bon d'en informer le monde entier. Et de l'autre, le refrain traditionnel sur la prétendue impolitesse des serveurs parisiens. Bien que, dans l'ensemble, ce ne soit pas le cas. Ce sont principalement des professionnels dans un métier qui mérite le respect.

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, être serveur est un travail à temps partiel que les jeunes font entre leurs publications sur TikTok et leurs parties de Fortnite. En France, les serveurs sont des professionnels, comme en témoigne leur tenue. Ils peuvent prendre les commandes de plusieurs tables et les servir sans commettre la moindre erreur, faire des blagues sur le Brexit, appeler un taxi et vous indiquer comment aller au Musée d'Orsay, le tout si nécessaire, en anglais. Ce sont des individus hautement qualifiés qui prennent leur travail au sérieux et méritent le même respect qu'un vendeur de légumes ou un avocat. Si un client arrive et demande, en anglais, un latte au lait d'avoine ou change d'avis cinq fois sans prononcer un mot de français, il n'est pas étonnant que le serveur puisse sembler un peu brusque. Le serveur français n'est pas désagréable ; il est simplement franc. Et si vous recherchez un serveur qui fera des courbettes, vous cherchez au mauvais endroit. Si les touristes faisaient un petit effort pour comprendre certaines particularités culturelles, tout se passerait mieux. Les Français ne sont pas plus désagréables que les Britanniques ou les Américains. Ils sont simplement plus français. Il est important de s'y habituer avant l'arrivée des Jeux olympiques, pour éviter le choc culturel et se concentrer sur la conquête de nos médailles.