Malaisie : Sultan Ibrahim, un monarque au-delà des conventions

Rédigé le 01/02/2024
via Courrier International

Dans l'unique système de rotation quinquennale de la monarchie malaisienne, l'investiture du Sultan Ibrahim de Johor, mercredi 31 janvier, marque un tournant notable. Ce 17ᵉ roi, à la tête d'un patrimoine évalué à 5,7 milliards de dollars par Bloomberg, est reconnu pour son franc-parler. Le rôle traditionnellement honorifique du monarque pourrait être remis en question sous son règne.



Le quotidien "The Star" a couvert son ascension le jeudi 1ᵉʳ février, mettant en lumière une volonté du sultan de défendre les intérêts populaires face au parlement. “Vous êtes 222 [députés], ils sont plus de 30 millions [de Malaisiens]. Je ne suis pas avec vous, je suis avec eux”, a-t-il déclaré dans un entretien avec The Straits Times. Formé militairement aux États-Unis, son caractère affirmé et sa personnalité robuste se reflètent dans ses actions.

En tant que souverain de Johor depuis 2010, il a fréquemment critiqué les politiciens créant des divisions parmi les citoyens. En 2017, il a interpellé publiquement une laverie pratiquant la discrimination, menaçant de la fermer.

Le paysage politique fragmenté récent a amplifié son rôle public, notamment dans la désignation du Premier ministre, une tâche qu'il a assumée à trois reprises. Cette implication accrue est perçue favorablement par le Premier ministre réformiste Anwar Ibrahim. Les deux hommes, partageant une proximité notable, ont d'ailleurs entamé le premier jour du règne par une audience.