Les médias sociaux, ces "hyperstimulants" qui piègent notre cerveau

Rédigé le 26/03/2024
Articlophile .org


Une nouvelle théorie en neuroscience, le "traitement prédictif", pourrait expliquer les effets dommageables des médias sociaux sur notre bien-être psychologique. Selon cette théorie, notre cerveau fonctionne comme un "moteur de prédiction", anticipant en permanence les signaux sensoriels qu'il rencontre et cherchant à minimiser l'écart entre ces prédictions et la réalité.

Les plateformes de médias sociaux, qualifiées d'"hyperstimulants", délivrent un flux constant de stimuli potentiellement addictifs et récompensants. L'interaction entre ces hyperstimulants et les mécanismes cognitifs/affectifs du traitement prédictif pourrait produire les résultats pathologiques observés, tels que l'addiction, les troubles de l'image corporelle ou la détresse psychologique.

Le traitement prédictif offre ainsi une nouvelle perspective sur l'addiction, la considérant comme un dysfonctionnement de l'alignement entre les systèmes prédictifs du cerveau et leur environnement. Cette théorie pourrait aider à mieux comprendre et traiter les impacts néfastes des médias sociaux, un enjeu de santé publique majeur à l'ère numérique.