Le cadeau d'éléphants du Botswana suscite le débat au milieu des négociations sur l'interdiction des trophées en Allemagne

Publié le 04/04/2024
Articlophile .org


Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a suscité la controverse en menaçant d'envoyer 20 000 éléphants en Allemagne en représailles à une éventuelle interdiction des importations de trophées de chasse par Berlin.

Cette proposition choc intervient dans un contexte de négociations au sein de l'Union européenne. Elles visent à renforcer les exigences en matière de permis d'importation pour les trophées d'espèces menacées. L'Allemagne, l'un des plus grands importateurs de trophées de chasse en provenance d'Afrique, envisage d'imposer des restrictions plus strictes en raison des préoccupations liées au braconnage.

Le Botswana défend la chasse aux trophées

Le Botswana, qui abrite environ un tiers de la population mondiale d'éléphants, défend la chasse aux trophées comme un moyen de contrôler ces populations et de générer des revenus cruciaux pour les communautés locales.

"Il est facile de se tenir à Berlin et d'avoir une opinion sur nos affaires au Botswana. Nous payons le prix pour préserver ces animaux pour le monde".

Le président affirme que les éléphants causent des dommages aux cultures, aux biens et menacent même la vie des résidents. Selon lui, une interdiction des importations de trophées appauvrirait davantage les Botswanais.

Tensions entre conservation et bénéfices socio-économiques

Ce différend met en lumière les tensions persistantes entre les efforts de conservation de la faune et les avantages socio-économiques de la chasse aux trophées pour les communautés rurales.

Les groupes de défense des animaux allemands militent activement pour une interdiction des importations de trophées d'espèces menacées. Ils qualifient la chasse de cruelle et nuisible aux populations animales.

De nombreux pays africains considèrent la chasse aux trophées comme une source de revenus vitale pour financer les efforts de conservation et offrir des incitations économiques aux communautés locales pour protéger la faune.

Une offre controversée

Le ministère allemand de l'Environnement s'est montré ouvert à discuter de la protection de la faune sauvage, mais n'a pas été officiellement contacté au sujet de l'offre controversée sur les éléphants.

Si l'Allemagne acceptait ce "cadeau" inattendu, elle serait confrontée à d'importants défis logistiques pour transporter les 20 000 éléphants sur une distance d'environ 8 000 kilomètres depuis le Botswana.

Le président Masisi souligne l'urgence de trouver un équilibre entre la conservation de la biodiversité et les besoins économiques des communautés locales avec cette proposition provocatrice. Des compromis seront nécessaires pour résoudre ce différend de manière durable.