Le stoïcisme de Marcus Aurelius : une philosophie déconnectée des réalités individuelles ?

Publié le 09/04/2024
Articlophile .org


L'article "A Manual for Adversity" dans City Journal critique le stoïcisme de l'empereur-philosophe Marcus Aurelius dans "Pensées pour moi-même". L'auteur remet en cause cette approche qui montre une indulgence excessive envers le destin et les forces extérieures, négligeant les notions de contingence, de libre arbitre et de pensée latérale.

La critique porte sur la maxime stoïcienne "Ce qui ne nuit pas à la cité ne nuit pas au citoyen". L'auteur juge cette maxime distante et insensible aux souffrances individuelles, privilégiant une vision collective au détriment des expériences personnelles.

L'article souligne que la générosité de Marcus Aurelius envers les "agents du destin" trahit les victimes réelles des aléas de la vie. Cela préfigure les limites de la "pensée magique" observée aujourd'hui dans les sphères politiques et sociales, minimisant les contingences et les responsabilités individuelles.

L'argument principal remet en question la pertinence du stoïcisme dans un monde complexe. Il plaide pour une approche plus nuancée tenant compte de la contingence, le libre arbitre et des réalités individuelles face à l'adversité.