Toomaj Salehi, rappeur iranien, risque la pendaison pour ses chansons subversives

Publié le 25/04/2024
Articlophile .org


Le rappeur iranien Toomaj Salehi, 33 ans, a été condamné à mort par un tribunal révolutionnaire à Ispahan pour "corruption sur Terre", l'un des chefs d'accusation les plus graves en Iran. Il avait été arrêté pour avoir soutenu le mouvement de contestation après la mort de Mahsa Amini, via ses chansons et sur les réseaux sociaux.

Le tribunal l'a accusé d'"incitation à la sédition, rassemblement, conspiration, propagande contre le système et appel aux émeutes". Selon son avocat, Salehi risque d'être exécuté par pendaison pour avoir "semé la corruption et porté atteinte à la sécurité de l'État". La date de l'exécution n'a pas encore été annoncée.

Des artistes étrangers lui ont apporté leur soutien, craignant qu'il ne soit condamné à mort pour avoir exprimé son opposition au régime iranien à travers ses chansons. Lors des manifestations contre le régime en 2022, plusieurs centaines ont été tuées et des milliers arrêtées.

Cette condamnation à mort illustre l'utilisation accrue de la peine capitale par les autorités iraniennes comme outil de répression politique contre les manifestants et les dissidents, selon des ONG de défense des droits humains.